Un lycée où cinq adolescents se rebellent grâce à une radio.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan

Aller en bas 
AuteurMessage
Eileen Lewis
&&. SNOWLY &&. ADMiN &&. LYCEENNE A PACEY HiGH.
avatar

Nombre de messages : 134
Age : 25
Localisation : Quelque part où tu n'es pas.
Humeur : Assez bonne pour le moment.
Date d'inscription : 28/08/2008

Don't Make It Bad (8)
R E L A T I O N*:

MessageSujet: Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan   Mar 28 Oct - 15:58

    Quand on parle de la nuit, la plupart des gens pensent à deux choses différentes.
    La première ? Aux créatures fantastiques, telles que des loups garous, des lutins, des hypogriffes .... Et encore je ne cite pas tout, parce que sinon je ne vous dit pas la taille de la liste qu'il y aurait. La deuxième ? Les gens pensent aux lits dans lesquels, la plupart du temps, durant la nuit, on s'y trouve. Ils pensent aux rêves qu'on fait. Que parfois on se rappelle le lendemain matin ou alors pas du tout. Mais jamais, ou alors presque jamais, les gens pensent à aller se promener la nuit. Bon d'accord, je vous l'accorde, il fait noir et on y voit presque rien. Mais c'est souvent dans le noir qu'il se passe les choses les plus interessantes. Et puis c'est toujours plus romantique que en plein jour. La plupart du temps, dans les films d'amour ou tout simplement romantique, c'est la nuit que ça se passe ... Ou alors devant un coucher de soleil. Peut être que ça fait trop classique mais ça marche toujours. Mais de toute manière, quand on a un frère comme Sean Lewis, on ne peut que aimer les moments romantiques, du genre la nuit. C'est pour ça que la jeune Eileen Lewis, jumelle de Sean Lewis, adorait regarder, en pleine nuit, le ciel. Parfois, celui ci était étoilé et parfois il était tout noir. Mais c'était toujours aussi beau.

    Cette nuit là, le ciel était peu étoilé et la jeune fille appréciait le spectacle comme à son habitude. Elle était assise sur le rebord de sa fenêtre, une jambe dans le vide, l'autre sous son menton. Elle frissonait doucement à cause du vent qui soufflait faiblement. Parce qu'en plus d'être assise sur le rebord de sa fenêtre à une heure si avancée de la nuit, elle était en petite tenue. Enfin, petite tenue, c'est exagéré. Seulement elle n'était pas très très couverte. Elle rentrait d'une soirée chez ses amies, et elle avait eu la flemme de se déshabiller tout de suite, préférant s'asseoir sur le rebord de sa fenêtre comme elle le faisait si souvent la nuit quand elle ne partait pas dans les bras de Morphée. Mais là, ce soir là, la jeune demoiselle s'ennuyait vivement. Quand il lui arrivait de se lever pour observer le ciel, comme si son jumeau le sentait, il venait la rejoindre mais là, il n'était pas là. Et il lui manquait. C'est pourquoi elle décida d'aller se promener, prendre l'air, comme ça, d'un coup de tête.

    D'un bond, elle se leva et se regarda dans le miroir. Ses habits n'étaient ni tachés, ni froissés. Elle
    était vêtue d'un tee shirt blanc qu'elle avait piqué à son jumeau la veille, d'une paire de collant en laine noir avec un mini short de la couleur par dessus. Et comme son célèbre trait d'eyeliner était présent ainsi que sa couche de gloss.Ses cheveux étaient lachés en liberté avec juste un petit serre tête blanc dedans. A croire que d'un seul coup, elle était bien réveillée et prête à tout. Et c'est donc presque en volant que la jeune Eileen traversa l'appartement où elle résidait avec Sean, pour aller devant la porte d'entrée où elle avait laissé ses chaussures en rentrant. Elle était fin prête à aller se promener. Sauf que. Elle avait oublié son téléphone portable dans sa chambre et qu'elle ne pouvait pas partir sans. On ne sait jamais ce qui peut arriver. C'est donc pour cette raison que la demoiselle Lewis fit demi tour et passa sans bruit ( par chance ) devant la chambre du monsieur Sean. Elle entra dans sa propre chambre, attrapa son téléphone ainsi que son MP4 puisqu'il était à côté de son mobile. Elle prit donc la direction de la sortir quand elle entendit une voix qui grognait. Gagné. Elle avait réveillé son frère. Il allait la tuer de l'avoir sorti de son sommeil.

    SEAN- « Le jour où tu voudras être discrète, évite de mettre tes ballerines Eileen. Tu vas où à cette heure ci ? »
    EILEEN- « Désolée Sean ! J'voulais pas te réveiller. Je vais me promener. T'as pas besoin de me suivre. Rendors toi. »
    SEAN- « Ouais. Pas grave. Je me vengerais de toute manière. Et traîne pas avec n'importe qui. Steup'. »

    Etonnant qu'il ne se lève pas pour l'empêcher de partir. C'était peut être l'histoire dont elle avait entendu quelques bribes et qui concernait Brooke et Sean à la piscine qui l'avait chamboulé. Non. Sean n'était pas comme ça. Ou alors c'était quelque chose de très grave. Parce que Sean ne se prennait que très rarement la tête poru ce genre d'histoire. Mais ça étonnerait la petite brune que l'histoire de la piscine soit quelque chose de grave ou même de très important. Enfin. Il faudrait qu'elle se renseigne. Mais pas maintenant. Plus tard. Là c'était l'heure de la promenade. Enfin l'heure. Pas vraiment sachant qu'il était environ 2 heures du matin. Elle fit signe à Diablo, leur petit chiot de se recoucher quand elle le sentit qui commencait à se réveiller pour venir jouer. Il devait croire que c'était l'heure de sa promenade matinale. Mais la plupart du temps, c'était Sean qui le sortait le matin. Diablo était un labrador d'une belle couleur blanche que Sean et elle avaient adopté, neuf mois auparavant. Ce petit chiot avait tout juste un an et il adorait faire le fou et s'amuser avec ses maîtres. Eileen était très fière de l'avoir acceuilli et elle l'aimait vraiment. Maintenant, elle aurait beaucoup de mal, si elle devait s'en séparer. Bon. Une fois que Diablo se fut recoucher, non sans faire un petit tour dans la chambre de Sean, Eileen put ouvrir la porte avant de sortir et de prendre le chemin des collines. Pourquoi des collines ?

    Parce que c'était sur que là bas, à cette heure ci, et surtout à cause de l'heure, il n'y aurait personne. Elle ne risquait pas d'être déranger par n'importe qui ou même n'importe quoi. En même pas une dizaine de minutes, écouteurs dans les oreilles, la demoiselle arriva devant les collines. Plus précisement devant la plus haute des collines du parc. Elle marchait tranquillement, sans oser monter seule jusqu'en haut de la colline. Elle aurait voulu que quelqu'un monte avec elle, et encore une fois, son frère lui manqua et elle regretta de ne pas l'avoir embarqué. C'est pourquoi elle décida de contourner la colline. Tout en marchant sans regarder où elle mettait les pieds, la jeune Eileen écoutait son groupe fétiche. Malheureusement, il ne lui porta pas chance et c'est donc en étant très distraite, que sa chute arriva. Elle n'avait pas vu le sac qui traînait là et dans lequel elle s'entremêla les pieds. C'est donc ainsi qu'elle tomba légèrement, non en fait lourdement, sur le jeune homme à qui appartenait le sac. Elle ne l'avait pas de suite reconnu mais une fois sur lui, elle reconnut la douce odeur de Declan Millington. Il foutait quoi là ? Bon. En tout cas, rester sans parler, alors que la petite Eileen était légèrement gênée, n'allait pas arranger la situation.

    EILEEN- « Declan ! Je suis contente de te voir. »

    Elle rajouta en murmurant :

    EILEEN- « Même si je suis sur toi ... »

    Elle lui claque un bisou sur la joue gauche même si il était très proche des lèvres du jeune homme avant de se relever et de se poser aux côtés du jeune garçon. Sa gêne disparaissait au fur et à mesure qu'elle quittait la proximité du corps de Declan. Elle tenait tellement à lui, beaucoup plus qu'en amitié et qu'elle ne le pensait au début de leur relation amicale. Elle tentait néanmoins de ne rien montrer même si c'était dur. Bon. Mise à part sa gêne, elle n'aimait pas quand c'était trop calme. C'est pour cela qu'elle reprit la parole.

    EILEEN- « Dit ça te dis qu'on monte au sommet de la colline ? J'ai pas très envie d'y aller toute seule. On va dire que j'ai un peu peur d'y aller seule. Ne me demande pas pourquoi je sais pas. Mais bon. Ou peut être que je te dérange ... »

    Elle lui fit un grand regard charmeur avant de lui faire les yeux doux. elle espérait réellement qu'il accepte. C'est donc pour cette raison qu'elle attendit sa réponse.


_________________


Dernière édition par Eileen Lewis le Mar 20 Jan - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hey-jude.forumactif.org
Declan Millington
&&. AUDiMAN &&. ADMiN &&. LYCEEN A PACEY HiGH.
avatar

Nombre de messages : 249
Age : 26
Localisation : Never in the good place.
Humeur : Don't Worry =)
Date d'inscription : 28/08/2008

Don't Make It Bad (8)
R E L A T I O N*:

MessageSujet: Re: Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan   Ven 31 Oct - 19:38

    Ce vendredi. Ah, quel charmant après midi avait passé Declan. Non, vraiment. D’une part, il c’était prix la tête avec Aaron à propos d’un thème qu’ils pourraient exploité sur leur radio pirate pour le lundi qui allait suivre. Declan voulait avoir raison, Aaron voulait avoir raison. Declan était le chef, Aaron pas. C’était comme ça. Point à la ligne. Il avait les droits sur tout. Ou à peu près tout. Mais en tout cas, ce n’était pas son meilleur ami qui allait avoir le dernier mot sur le sujet. D’ailleurs, il fut tellement exaspéré ce pauvre Aaron, qu’il quitta l’appartement du jeune Millington en prenant soin de claquer la porte en sortant. D’autre part, le jeune homme c’était prit une belle gamelle. Mais quand je dis une belle, c’est vraiment avec les roulés-boulés! Il c’était fais vachement mal! Arrête de sourire toi, lui il à faillit pleurer! Non, là, j’exagère. Enfaîte, le jeune homme courait dans l’herbe, ah non pardon, c’est dans la petite maison dans la prairie ça. Non, plus sérieusement, il était dans son appartement, à la recherche de… De quoi d’ailleurs? Parce qu’enfaîte après la chute, il n’a plus vraiment cherché. Mais il cherchait cette chose, quand il à vu poser sur l’appui de fenêtre une boule de poils. C’était quoi ça? Le jeune homme s’en était approché et c’est à se moment là, que le chat, où plutôt ce truc monstrueux, montra c’est dent. Ne croyez pas que Declan ai peu des chats mais là, il fit un bon en arrière et se prit les pieds dans une serpillière qui… Mais merde qu’est ce qu’elle foutait là? Bref, il tomba et se fit très mal.

    Et durant tout l’après midi s’en suivirent tout un tas de petites choses qui énervait davantage Declan. Une tasse qui se casse, la perte des clés de l’appartement, Aaron entrain de gueuler au téléphone parce qu’il était toujours pas d’accord. Vraiment. Un après-midi des plus charmants. Mais pour honnête, un seul après midi comme ça par semaine lui suffit amplement. Plus la journée avançait et plus les petites bêtises par-ci, par-là se calmait. Au grand désespoir de Declan, qui enfin de compte, aimait plutôt ça. Comme regarder « Texas Ranger » à la télé par exemple. Oui, et « Maman, j’ai raté l’avion » aussi. Bref. La soirée commença tout doucement à prendre place sur la belle journée de pluie.
    Declan avait passé la journée à se plaindre. Aux lycée, même s’il n’avait eu que quatre heure de cours il avait réussi à trouver quelque chose qui n’allait pas. Une note moins élevée, un devoir mal placé. Enfaîte, c’était pas compliqué. Quand est-ce que Declan ne râlait pas? Jamais, ou presque jamais. Il savait se contrôler mais tout dépendait qui lui tenait compagnie. Il avait râlé, pour ce monstre sur son appuis de fenêtre, pour la tasse et puis ben pour tout. Maintenant, il était fatigué. Fatigué d’avoir râlé.

    Mais qu’allait il pouvoir faire de sa soirée? Il aurait bien été chez Aaron mais vu la prise de tête valait mieux oublier. Il y avait toujours Sean et Eileen… Mais là, Declan ne s’y rendrait pas de son plein gré. Enfin si mais.. Pas ce soir en tout cas. Et d’après ce qu’il avait compris, la charmante Eileen allait à une fête. Il avait d’ailleurs été invité mais il avait décliné l’invitation. Pourtant, la jeune fille l’informa « Ma porte sera toujours ouverte pour toi, on ne sait jamais ». Le jeune homme avait eu un petit sourire aux lèvres. Les filles alors. Pour la simple raison que vous avez une bonne tête et un charmant petit cul elle vous tombe dans les bras. Elles ne veulent même pas savoir ce qui se cache derrière tout ça. Enfin, de compte ce n’était pas plus mal. Sinon, je crois que le pauvre Declan ne recevrait aucune invitation. Pauvre chou. C’est dure la vie d’un Dieu du Sarcasme. Passons ce détails. Le faite est que Declan refusait de se rendre à cette fête. De un, il n’y connaîtrait personne, sauf Eileen et peut-être Carly si elle allait avec. De deux, il était vraiment pas d’humeur. De trois, merde, mais qu’est ce qu’il pourrait bien se foutre sur le dos?! Voilà, pour ces trois raisons et pour d’autre que je ne citerais pas, il était hors de question qu’il y aille. Pour se changer les idées, le jeune homme se prépara un sandwich avec du jambon, de la mayonnaise et quelques tranches de salade à moitiés pourries. Mmmm. Que cela semble délicieux, n’est ce pas? Et ben, c’est tout pour lui! Il se mit ensuite à la recherche d’un DVD qui pourrait le botter. Un film d’horreur de préférence. Il adorait ça. Freddy? Oui, non, enfaîte il le connaissait déjà par cœur. Scream? Trop nul. Saw? Mouais bof. Il ce décida enfin pour « La mélodie du bonheur » avec ça, c’est sur il allait avoir la pétoche. Les gens trop heureux, ça fait peur. En tout cas, très peu pour lui ce genre de chose!

    Le jeune homme inséra le disque dans le lecteur et appuya sur play. Son regard se dirigea vers la montre qu’il avait au poignet, il était déjà vingt-deux heures. Il regarda cet connerie de film pendant vingt minute avant de rencontrer Morphée au pays des songes. Le jeune homme mal installa se tortilla tellement qu’au bout de trois heures, il finit par tomber du canapé. Encore une chute, encore une! Décidément! Ce n’était pas vraiment son jour. Il n’y avait plus que de la neige sur l’écran du téléviseur. Il regarda une nouvelle fois sa montre à la lueur de l’écran, une heure et quart du matin. Ah apparemment, ce n’était pas son week-end! Declan se releva, il finit par éteindre le téléviseur. Et il se mit à chercher à tâtons l’interrupteur. En chemin il se prit le coin de la table basse dans le mollet. Il ne put retenir un juron.

    DECLAN - Putain! Ca fait mal! Saloperie!

    Toujours à tâtons mais en boitillant cette fois, le jeune homme trouva enfin l’interrupteur. Il se frotta les yeux qui avait du mal à s’habituer à la lumière. Voilà. Maintenant il était réveillé. Aucun doute la dessus. Il se rendit alors dans la salle de bain. Il regarda l’état de ses vêtement, l’état de sa tête dans le miroir. Ouhlala. Ça n’allait pas là. Enfin, les vêtements était intact. Mais ça tête. Aïe. Ça faisait peur. Le jeune homme passa ses mains sous l’eau et s’en aspergea le visage. Il recoiffa ses épis rebels. Et décida d’aller se promener. A une heure et quart, enfin maintenant il était une heure et demie, du matin? Et bien oui? Pourquoi pas? La nuit ne lui faisait pas peur. Et puis, ne dit on pas que la nuit porte conseil? Le jeune homme prit son sac de cours. Il y enfourna un bloc de feuille, sa pseudo trousse et son téléphone portable. Le jeune homme savait très bien où il allait aller. En haut des collines. C’était la qu’il trouvait des idées intéressantes pour Free Cry. Il enfila sa veste qui était au porte manteau, il sortit de sa poche son baladeur MP3 qu’il appliqua sur ses oreilles. Il choppa ses clés et il était paré. Paré à toute éventualité. Il descendit énergiquement les deux étages tout en chantonnant l’air qui était diffusé dans ses oreilles. Arrivé en bas, il respira l’air frais du dehors, un frison le parcoura. Declan aimait l’air frais. Il se mit en marche d’une marche rapide et d’un pas soutenu. À ce train là, en dix minutes il y serait. En même temps c’était pas très loin de chez lui.

    Arrivé près des collines, Declan leva la tête au ciel. Oh, c’qu’il fait sombre. Allez le jour, lève toi! Bon d’accord, pour ça faudra attendre un peu. Declan grimpa sur la moins haute des collines, enfin une des moins hautes. Il s’assit en tailleur et posa son sac à ses côtés. Toujours son MP3 en poche, les écouteurs dans les oreilles il s’allongea sur le dos et laissa son regard se perdre dans l’immensité du ciel. Declan se perdit vite dans ses pensées. Eileen, la radio, Eileen, les cours, Eileen, Sean. Merde, qu’est ce que Sean venait faire la dedans? Ah, rien du tout si ce n’est que c’était le frère de la belle Eileen. Le beau brun était tellement perdus dans ses pensées qu’il n’entendit même pas que quelqu’un c’était rapproché. Et ça pour s’être s’approché il, ou plutôt elle, était drôlement proche. J’dirais même plus carrément sur le pauvre Declan. Il le sentit tout le poids de son malheur! Je peux vous le dire. Même si cette fille n’était pas très lourde, quand même. La chute elle, était lourde.

    EILEEN - Declan ! Je suis contente de te voir. Même si je suis sur toi ...

    Declan aurait aimé répondre quelque chose de gentil et doux. Mais non au lieu de ça le jeune homme râla encore.

    DECLAN - Merde! Fais gaffe!

    Ça c’était ce qu’on appelle rembarer gentiment. Conscient que ses paroles pouvait être blessante, le jeune homme se redressa une fois que la jolie Eileen c’était écartée. D'une voix plus douce, plus mielleuse il murmura ses excuses.

    DECLAN - Désolé. Vraiment, je sais pas ce qui m’a prit. Je dois encore dormir un peu, tout compte fait.

    La jeune fille demanda alors si cela ne le dérangeait pas de l’accompagner en haut de la colline. Là encore Declan ne fut pas très indulgent. Il ne répondit rien. Une quinzaine de seconde passèrent sans que celui-ci daigne répondre à la jolie demoiselle qui le regardait avec un sourire charmeur. Charmé il était. Charmé, il ne voulait pas se montrer. Il regarda la jolie Eileen de ses yeux couleurs et océan et il sourit gentiment.

    DECLAN - Non. Ca ne me dérange pas. Sauf que, je n’ai pas envie d’y aller. Désolé. Mais par contre, tu peux t’installer à mes côtés pour discuter. Ça te va? Ou tu peux, bien entendu, aller en haut da la colline voir Madame la Dame Blanche.

    Un petit sourire amusé apparut sur le visage de Declan. Il espérait qu’elle prendrait place à côté de lui. Il avait d’ailleurs tapoté l’endroit de sa main. Maintenant, il n’était plus celui qui ferait le choix.


Dernière édition par Declan Millington le Mar 11 Nov - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen Lewis
&&. SNOWLY &&. ADMiN &&. LYCEENNE A PACEY HiGH.
avatar

Nombre de messages : 134
Age : 25
Localisation : Quelque part où tu n'es pas.
Humeur : Assez bonne pour le moment.
Date d'inscription : 28/08/2008

Don't Make It Bad (8)
R E L A T I O N*:

MessageSujet: Re: Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan   Dim 2 Nov - 16:05

    On peut dire que Eileen était maladroite. Pas maladroite dans les mots ou dans les façons de s'exprimer. Non. Maladroite dans ses gestes, il lui arrivait souvent de trébucher, de manquer une marche ou de s'entremêler les pinceaux toute seule. Et pas qu'un peu d'ailleurs. Il lui arrivait de tomber dans des endroits peu propices aux gamelles. Et pourtant, elle, elle y arrivait. Puis de toute manière quand Eileen avait de la musique dans les oreilles, ou quand elle était dans ses pensées et qu'elle pensait au un beau brun, c'était fort évident qu'elle allait s'emmêler les pieds. Et donc tomber. Parfois brusquement. Parfois doucement. Ça dépendait simplement de l'endroit.

    Et là elle était tombée ... Brusquement. On était dans les collines et elle s'était coincée les pieds dans le foutu sac de Declan. C'était donc de la faute à Declan qu'elle était tombée. C'était lui qui avait laissé trainer son sac. C'était à cause de lui, que la chute était arrivée. Peut être que pour une fois, elle aurait pu ne pas attirer le dieu de la chute. Mais non. Sa noble tentative de non maladresse avait été gâché par le sac de cours de son cher meilleur ami. Elle ne lui en voulait. Non. Après tout. Il ne devait pas avoir prévu qu'une jeune fille allait arriver, écouteurs dans les oreilles, pour lui tomber dessus. Et pourtant. Un jeune homme tel que Declan, aurait du se préparer à toutes les éventualités. Mais bon. Elle lui avait fait ses excuses, un peu gênée, parce que leur position était un temps soit peu, assez compromettante. Mais il n'avait vraiment du saisir ce qu'elle avait dit, vu ce qu'il répondit.

    DECLAN- « Merde ! Fais gaffe ! »

    Ça c'était gentil. Il l'avait bien remballé. Bon. A ce qu'elle avait compris, en cette simple phrase, elle dérangeait. C'était réellement encourageant là. La seule chose qu'elle avait envie de faire à cet instant même, c'était de se lever et de s'éloigner le plus possible de Declan. Mais elle était polie tout de même. Alors elle se leva juste, se mettant face à Declan et le regardant de toute sa hauteur. Elle n'était même pas blessée par ce qu'il venait de dire. Elle avait tellement l'habitude qu'il réagisse comme ça par moment, que maintenant elle y faisait même plus attention. La seule chose qu'elle faisait quand il était comme ça, c'était ne pas lui répondre immédiatement, attendant qu'il s'excuse. Parce que souvent, la plupart du temps, il le faisait quelques secondes plus tard. Elle avait tout juste eu le temps de se lever et lui de se redresser, que déjà il reprenait la parole pour murmurer :

    DECLAN- « Désolé. Vraiment, je ne sais pas ce qui m'a prit. Je dois encore dormir un peu, tout compte fait.»

    Elle n'avait pas eu à attendre vraiment longtemps pour que sa voix devienne plus douce que auparavant. Elle ne réagit pas vraiment. D'ailleurs elle ne le ferait pas. Elle préférait le regarder. Lui & ses si beaux yeux couleur océan. Quand il faisait jour, elle adorait se plonger dans ses yeux. Elle s'y perdait, s'y noyait. Et pourtant, elle ne tentait même pas de nager pour sortir de cet océan. Parce qu'elle aimait y être. C'était bizarre hein. Mais il n'y avait que trois personnes qui arrivaient à lui donner la même impression qu'elle ressentait quand elle regardait Declan. Ce sentiment de protection était unique. Mais elle le ressentait avec trois personnes : Sean, mais c'était son frère en même temps, donc c'était normal qu'elle se sente protégée par lui. Aaron, un de ses meilleurs amis avec qui elle s'entendait à merveille. Et bien sur Declan à qui elle avait proposé il y avait même pas trente secondes de l'accompagner en haut de la colline. Ce dernier ne lui accorda même pas une réponse immédiate. Pendant quinze secondes, ce fut le calme plat. On pouvait juste entendre le bruit de leur respiration. De toute manière, elle était à 99% sûre, qu'il allait refuser et lui proposer autre chose. Ou alors tout simplement refuser. Mais bon. C'était Declan en même temps. Il ne fallait pas s'attendre à autre chose. Tiens d'ailleurs, quand on parle du loup. Elle baissa un peu sa tête, et malgré le noir évident de la nuit, elle réussit à voir les belles pupilles océan de Declan. Ce dernier lui fit un sourire auquel elle répondit distraitement. Et maintenant Declan qui reprenait la parole. Elle l'écouta tout en rangeant son MP4 dans la poche de son petit gilet noir. Heureusement qu'elle ne l'avait pas cassé en tombant sur Declan.

    DECLAN- « Non. Ça ne me dérange pas. Sauf que, je n'ai pas envie d'y aller. Désolé. Mais par contre, tu peux t'installer à mes côtés pour discuter. Ça te va ? Ou tu peux bien entendu aller en haut de la colline voir Madame la Dame Blanche. »

    Bien sur que ça lui allait. La plupart du temps, tout lui allait. Mais elle n'avait pas envie de lui répondre tout de suite. Elle avait envie de faire comme lui. Peut être comme un jeu. Puis de toute manière c'était ainsi. Elle pouvait être comme ça si elle le voulait vraiment. Mais le souhaitait elle vraiment ? Elle regarda Declan. Declan qui avait un petit sourire amusé sur les lèvres. Elle avait envie de lui arracher ( Avec les dents ? ( A ) ) ou même de l'embrasser pour l'empêcher d'avoir ce sourire. Même si ça le rendait encore plus craquant que d'habitude. Elle n'avait même pas envie de s'amuser d'un coup. C'était pas super génial qu'elle n'ait plus envie de s'amuser. Elle devait le retrouver cette envie. Elle ne pouvait pas rester comme ça. C'était pas elle. C'était pas Eileen. Enfin voilà. Elle le regarda tapoter la place à côté de lui avec sa main gauche. Et là, sa joie revint d'un coup. Un petit éclat de malice passa dans ses yeux tout d'un coup. Comme un flash. Elle ne savait pas si on avait pu le voir mais ça avait malgré tout illuminé rapidement et pour peu de temps les yeux de la jolie demoiselle. Et enfin elle se décida à réagir. Elle se mit à quatre pattes, prit la main de Declan qui n'avait pas bougé de la place où elle souhaitait s'asseoir et elle la déposa sur ses cuisses à lui. Puis elle posa ses fesses à l'endroit où quelques instants auparavant se trouvait la douce main du monsieur Millington. Enfin elle était assise. Elle hésitait à présent entre sourire ou parler. Elle fit les deux. Elle commença par un petit sourire discret pas très grand, pas très petit. Il était tout de même sincère. Puis elle prit enfin la parole.

    EiLEEN- « J'ai pas vraiment envie de taper la discut' avec la Dame Blanche. Je te préfère quand même. La Dame Blanche ne doit pas vraiment avoir de discutions intéressante. Alors que toi. Tu as toujours quelque chose à dire. Et puis faut avouer que j'aurais moins peur à côté de toi que près de la Dame Blanche ... »

    Elle ne mentait pas en plus. C'est vrai que aux côtés de Declan, elle n'avait pas peur du tout. De la nuit et de tout ce qui pouvait arriver. Comme un kidnappage ou plus grave peut être ( &&. Ouais tu m'as fait peur Marmotte quand je t'ai dis où j'étais T.T ). Elle savait que Declan la protégerait. Enfin tout du moins, elle l'espérait. Elle ne risquait donc pas d'être embarqué on ne sait où. Alors que à côté de la Dame Blanche. Elle aurait largement plus les boules ( Même si elle en avait pas .... =DD ). C'était un fantôme tout de même. Ce n'est pas comme si c'était un être humain et normal. Elle s'était un fantôme. Enfin bon. Il valait mieux oublier ça. Ce n'était pas très rassurant.

    Elle se laissa tomber doucement en arrière jusqu'à être complètement couché sur le dos. Maintenant, les étoiles, la lune et le ciel noir lui apparaissaient plus distinctement. C'était vraiment beau à voir. A regarder. Eileen comprenait maintenant pourquoi son meilleur ami aimait venir ici. Elle appréciait également de venir ici, mais c'était rare qu'elle ne vienne la nuit. C'était peut être pour cette raison qu'elle n'avait jamais vu un spectacle aussi beau. Elle reprit la parole doucement.

    EiLEEN- « C'est vraiment beau à voir ... Tu viens souvent ici ? »

    Tout en parlant, la demoiselle avait doucement tourné sa tête vers Declan qui s'était allongé à son tour à ses côtés. ( Je savais pas si je pouvais te faire t'allonger. Si ça te plait pas, tu me dis je l'enlève =) ). Elle s'était largement radoucie, dans son cœur et dans son esprit depuis qu'elle s'était allongée et la colère envers Declan qu'elle avait éprouvé un peu plus tôt, c'était évadée. Et maintenant elle regrettait les paroles qu'elle avait failli envers lui.

    Elle avait failli être beaucoup plus méchante que ce qu'elle ne l'était. Après les excuses de Declan, elle avait voulu s'en aller rapidement, lui en voulant de s'excuser à tord. Bien sur, le ton qu'il avait utilisé pour lui dire de faire attention était quelque peu blessant. Mais après tout, il avait raison. Elle avait qu'à faire plus attention. Elle ne serait pas tombée sur lui ... Elle avait failli lui dire : « Garde tes excuses pour quelqu'un d'autre Declan. Rendors toi. Je m'en vais, va. ». Elle n'avait pas été blessé. Ni même mortifié par ce qu'il lui avait dit. Elle savait juste qu'elle avait eu tord de ne pas regarder où elle allait. Heureusement tout de même qu'elle ne lui avait pas sorti ça. Çà serait parti en cacahuètes. Et on oublie le rêve d'Eileen. ( Le mien quoi U.u ). Un rêve que je ne décrirais pas dans ce post là. Tout du moins, pas encore .... C'est pour cela qu'elle s'était tue. Parce que au fond d'elle même, la jolie Eileen espérait quand même qu'un jour, son rêve se réalisera.

    Bon mise à part qu'elle espérait que un jour son rêve se réalisera, la demoiselle regardait toujours Declan. Mais malgré tout, la jeune fille s'ennuyait un peu. Enfin s'ennuyer c'était un grand mot. C'était juste un peu trop trop calme. Le ciel et les astres, c'était réellement magnifique. Mais ce moment aurait été encore plus beau si elle avait été avec l'homme qu'elle aime. Là, elle était avec lui, mais en tant qu'amis ... Pas en tant que couple. C'est pourquoi qu'elle reprit doucement la parole, pour sortir enfin de ses pensées.

    EiLEEN- « Dit Declaan ... Avant que j'arrive et que ... Enfin bon tu vois de quoi je parle ... Tu faisais quoi ? »

    Et c'est ainsi que la demoiselle s'arrêta de parler. La tête tendrement tournée vers monsieur Millington et un doux sourire sur ses lèvres.


_________________


Dernière édition par Eileen Lewis le Mar 20 Jan - 23:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hey-jude.forumactif.org
Declan Millington
&&. AUDiMAN &&. ADMiN &&. LYCEEN A PACEY HiGH.
avatar

Nombre de messages : 249
Age : 26
Localisation : Never in the good place.
Humeur : Don't Worry =)
Date d'inscription : 28/08/2008

Don't Make It Bad (8)
R E L A T I O N*:

MessageSujet: Re: Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan   Mar 11 Nov - 15:58

    DECLAN – « Merde! Fais gaffe! »

    Ah oui! Bravo Declan! C’est ce qu’on appelle être vraiment doux et gentil avec la fille qu’on aime! Encore une fois il fait très fort. Sur le coup, il ne c’était pas vraiment rendu compte qu’il s’agissait d’Eileen. Cela l’avait tellement exaspéré qu’il n’avait aucune envie d’ailleurs de savoir de qui il s’agissait. Mais quand il aperçu les prunelles de la jolie brunette dans la pénombre, il avait vite regretté de s’être ainsi emporté. Si après cela elle ne voulait plus parler, cela serait largement mérité. Je crois même que le jeune homme n’essaierait même pas de se faire pardonner. Il aurait beaucoup trop peur de se faire rembarrer. Mais une fois encore, cela serait largement mérité. C’est sans doute pourquoi il n’attendait guère longtemps pour s’excuser. Enfaite, cela arrivait souvent. Declan s’emportait vite, il disait souvent un beau tas de conneries et puis, il s’excusait. Il était comme ça. Enfaite, s’il ne râlait pas pour des conneries, cela aurait voulu dire qu’il n’en avait rien à faire et que par conséquent ce ne serait pas vraiment ses amis. Je vous l’accorde, le jeune homme est plus que bizarre. Mais Declan Millington il est, Declan Millignton il restera.

    DECLAN – « Désolé. Vraiment, je ne sais pas ce qui m’a prit. Je dois encore dormir un peu, tout compte fait. »

    Ces paroles, le jeune homme les avait murmurées plus en douceur. Espérant que cela suffirait à apaiser le petit froid qui c’était glissé entre les deux jeunes gens. Comment Declan avait il put s’adresser à Eileen de cette façon?! À n’importe qui, ce n’était pas grave, mais Eileen n’était pas n’importe qui. Elle était différente. Declan était différent avec elle. Tout était différent. Mais pourquoi tout devait être si différent? Pourquoi les choses n’étaient-elles pas tout simplement plus facile? Pourquoi fallait-il que l’amour, l’amitié, la radio complique tout? Si tout était différent, bien de chose se passerait autrement. Si tout était différent, cela aurait fait longtemps que Carly et Sean se serait tombé dans les bras l’un de l’autre, si tout était différente peut-être que le beau brun aurait su se prononcer auprès de la belle Eileen. Mais hélas, rien n’était différent. Tout était pareil. Tout se ressemblait. Comment le jeune homme pourrait trouver le courage de dévoiler ses pensées si il était sur et certain que tout ça ne servirait à rien. Parce que lui et Eileen, sans doute que cela ne devait pas se faire.

    Le jeune homme était un peu gêné que la charmante demoiselle le regarde sans parler. Il se demandait si elle voulait partit à cette instant précis. Il se demandait ce qui pouvait bien se tramer dans la jolie petite brune. Il ne voulait pas qu’elle parte. Declan et Eileen étaient les meilleurs amis du monde, comme Sean et Carly, pourtant, les moments passé seuls tout les deux était aussi rare que le fait de voir Declan sans une cigarette à la bouche. Là encore, cette réflexion suscita une question chez Declan, encore et toujours cet éternel « Pourquoi ». Pourquoi, pourquoi, pourquoi?! Mais merde! Pourquoi? Le jeune homme se surprit même à se demander quand est-ce que les deux autres se tomberaient dans les bras. Parce que pour lui, cela ne faisait aucun doute ils étaient drôlement attiré l’un par l’autre. Même les aimants ne se faisaient pas autant d’effet! Peut-être que si Carly et Sean était les meilleurs amis du monde et que pourtant ils s’aimaient secrètement peut-être que Declan et Eileen… Non. Le beau brun refuse de se faire des films. Tout ça c’était dans sa tête à lui et rien qu’à lui. Eileen de son côté n’était que la meilleure amie d’un pauvre abrutit.

    La charmante demoiselle demanda alors au jeune homme assis par terre s’il pouvait l’escorter jusqu’en haut de la plus haute colline. Les princesses et leur fameux grand Donjon. Rapport? Sans doute aucun, mais cette image s’imposa dans l’esprit de Declan. La belle Eileen en haut de la plus haute colline, retenue prisonnière par la méchante Dame Blanche. Le beau brun vêtu d’une armure sur… Un scooter. Ici, c’est la réalité alors les beaux chevaux blancs, y en à pas en haut des collines. Et en plus, les Princes ça n’existe plus non plus. Ceux toujours présents pour leur belle, ça fait longtemps qu’ils sont morts. Bref, Declan refusa. Vous voyez, j’vous l’avais dit que ça n’existait plus les preux chevaliers de la gente féminine. Il avait refusé. Encore une question, et pourtant toujours la même: Pourquoi? Parce que le jeune homme préférait rester assis là où il était, Eileen à ses côté. Enfin, si celle acceptait son invitation bien entendu.

    EILEEN – « J'ai pas vraiment envie de taper la discut' avec la Dame Blanche. Je te préfère quand même. La Dame Blanche ne doit pas vraiment avoir de discutions intéressante. Alors que toi. Tu as toujours quelque chose à dire. Et puis faut avouer que j'aurais moins peur à côté de toi que près de la Dame Blanche... »

    Euh oui… Why not? Il faut dire que cette phrase se repassa en boucle dans la tête de Declan. Je te préfère quand même… Moins peur à côté de TOI… D’accord. Tous ces mots n’étaient pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Sauf, que sans doute que tous ces mots ne voulaient absolument rien dire. Enfin si, ils voulaient dire ce qu’ils voulaient dire. Il n’y avait rien de caché la dedans. C’était des mots prononcés par une charmante demoiselle à son meilleur ami. Point. Ca n’allait pas plus loin. Dommage. Declan aurait peut-être aimé qu’il ai un sens caché. Quoi que au fond non. Tout était bien comme cela. Chaque chose à sa place. Chaque personne seule et sans attache. Aucun des membres de Free Cry ne serait distrait. C’était mieux comme ça. Tout était parfait, en fin de compte. Le jeune homme regarda son amie se coucher sur le dos pour perdre son regard dans la pénombre du ciel. Il l’a regarda faire sans trop oser l’imiter. Il resta à la contemplée elle, entrain de contempler les étoiles. Declan ne savait pas trop quoi dire. Il ne savait as si il devait s’allonger. Il ne savait pas si il avait le droit de la regarder encore été encore. Heureusement, Eileen qui était la plus bavarde des deux brisa le silence. Ce fut à cet instant que Declan se décida à l’imiter. A son tour il s’allongea sur le dos. Il plaça ses deux mains sur son ventre et il ferma les yeux quelques instants.

    EILEEN- « C'est vraiment beau à voir ... Tu viens souvent ici ? »

    Le beau brun avait alors rouvert les yeux. Il avait sentit le regard d’Eileen se poser sur lui. Le feu lui monta au joue. Heureusement pour lui qu’il faisait nuit et que cela ne se verrait sans doute pas. Celui ne lui ressemblait pas. Rougir? C’est bon pour les fillettes ça! Tellement surpris de sa propre réaction, Declan ne répondit pas tout de suite à jolie brunette qui était à ses côtés. S’il venait souvent en haut des collines? Oui. Pourquoi? Ça, il ne le dirait sans doute pas à Eileen. Il lui dirait sans doute l’une des raisons pour laquelle il venait là, mais pas la raison la plus essentiel. Cela était trop... Trop... Et puis Declan n’avait pas envie de penser à cela. Pas maintenant. Retourne d’où tu viens Barbie! Le jeune homme chassa rapidement cette image de sa tête et répondit à la jolie Eileen. Sa voix était un peu étrange. Différente de d’habitude. Elle lui semblait plus douce, moins cassante. Declan Millington, reprends toi, donc!

    DECLAN –« Oui. C’est superbe. Euh. Si je viens souvent? Je dirais… Assez? Assez souvent oui. »

    Voilà. Il avait répondu à la question c’était déjà sa en moins à faire. Maintenant si elle lui demandait pourquoi là… il partirait sans doute. Sans un dernier regard pour sa meilleure amie, sans un dernier regard pour les étoiles. Il partirait. Il la planterait là. Elle et ses fichues étoiles. Même si au fond, il savait qu’elle n’avait rien n’avoir la dedans. Il savait que cette histoire, ce dont à quoi il pendait… Georgia. Pourquoi fallait-il que son souvenir montre le bout de son nez maintenant? Maintenant, alors que pour une fois Declan était avec Eileen et qu’il n’avait envie de penser à rien d’autre. A rien d’autre sauf à elle, lui, les étoiles et la lune! Mais bon. Le cœur et l’esprit ne forment pas qu’un. Là n’arrive jamais à suivre l’autre. Tout serait plus facile dans ce cas. À croire que la vie est de la merde, la vie est une histoire racontée par un cynique... Vraiment. Declan ferma les yeux une nouvelle fois et la encore le visage de sa petite sœur apparu. Il se redressa, s’asseyant en tailleur.

    EILEEN - « Dit Declaan ... Avant que j'arrive et que ... Enfin bon tu vois de quoi je parle ... Tu faisais quoi ? »

    Avant qu’elle arrive et qu’elle lui tombe dessus? C’était ça qu’elle voulait dire? Alors oui, il voyait très bien de quoi elle parlait. D’ailleurs, cette question le fit sourire. Cela lui permit d’oublier les pensées les moins gaies qu’il avait en tête. Qu’est ce qu’il faisait au juste? Le savait il lui-même? Il est vrai que le jeune homme voulait trouver de thèmes pour l’émission radio mais pour finir qu’avait il vraiment fait? Enfaite, il n’avait pas eu le temps de faire grand chose vu qu’une charmante demoiselle lui était littéralement tombée dans les bras. Maintenant qu’il y repensait, elle lui avait quand même fait mal! C’est que c’est dangereux les filles. Et pas qu’au volant si vous soyez ce que je veux dire?! Trêve de plaisanterie. Si la brunette avait entendu dans les pensés de Declan elle lui aurait sans doute fait remarquer que c’était un incorrigible macho avec un petit poids en guise de cervelle! Les mots n’auraient peut-être pas été les même mais en gros c’est ce qu’elle aurait dit. Ce qui aurait fait sourire Declan et tout les deux se serait bagarré pour savoir qui avait raison. En bref, le quotidien du damoiseau Millington et de la demoiselle Lewis. C’est bizarre, une phrase vint soudain à l’esprit de Declan. Une citation tr ès connue et pourtant jamais il n’y avait songé. « L’amour commence toujours par une bagarre ». Oh. Declan refusa de penser à ça et finit tout de même par répondre.

    DECLAN – « Et bien je… Je… Je n’sais pas trop. »

    Ah oui. Là, aucun doute c’était clair. Remarque, comment pouvait se trouver à un endroit, sans savoir ce que l’on y fait vraiment? Remarque, dans « La Mélodie du Bonheur » il vivait dans la vallée du Malheur et pourtant ils étaient persuadés d’être heureux. Bon sang, que les films à l’eau de rose sont bête! Quel était le rapport? Sans doute aucun. Enfin si, on à le droit d’être là où on est et ne pas chercher à savoir pourquoi. Le beau brun ne voulait pas laisser sa phrase dans le vide come ça. Ca ne voulait absolument rien dore pour lui et il voulait vraiment trouver quelque chose à répondre.

    DECLAN – « Enfaite, je pensais. Je pensais à un tas de chose. Je pensais sans vraiment y prendre garde. Je crois qu’ici est le seul endroit où je m’oublie. En tout cas, au beau milieu de la nuit. »

    Cette phrase, ces mots… C’était tellement plus Declan. Cela lui ressemblait. En tout cas, c’était le genre de chose qu’il n’avouerait à personne que sa meilleure amie. N’importe qui d’autre trouvera cela ridicule. Mais il savait qu’Eileen, elle, elle comprenait tout et elle ne le jugerait jamais. Une question traversa alors l’esprit de Declan. Et elle? Elle foutait quoi là? Au beau milieu de la nuit? Non, mais qu’est ce qui ne tourbait pas rond chez elle? Et Sean? Il l’avait laissée sortir? Comme ça? Au beau milieu de la nuit et seule? Ce n’était pas normal ça. Declan se ralongea sur le dos. Il tourna doucement son visage vers Eileen et de son éternel ton sarcastique il ajouta :

    DECLAN – « Ah ouais. Et toi? Tu cherche quoi au juste? Te faire kidnapper? Parce que moi, la rançon, je ne la paierais pas! J’te le dis! »

    Le jeune homme offrit un beau sourire charmeur à la demoiselle. Bien sûr qu’il paierait la rançon, il offrirait même le double pour qu’elle revienne avec tous ses cheveux. Et puis, c’est ce qu’on appelle de l’amitié. Plus si affinités? Là encore, le beau brun chassa ces pensées de sa petite tête brune. Oublier. Oublier comme il le faisait si souvent. C’est devenu facile à la longue… Mais il y a des choses qu’on n’oublie pas. Declan, ferma les yeux une seconde et les rouvrit. Ce simple geste avait permis d’effacer tout. Un peu comme une éponge qui passe et qui ramasse toute les milles sur son passage.

_________________



    Aaron - Toi, tu mets ton point d'honneur à ne pas être dans le vent!

    Declan - C'est que... J'ai peur de m'enrhumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eileen Lewis
&&. SNOWLY &&. ADMiN &&. LYCEENNE A PACEY HiGH.
avatar

Nombre de messages : 134
Age : 25
Localisation : Quelque part où tu n'es pas.
Humeur : Assez bonne pour le moment.
Date d'inscription : 28/08/2008

Don't Make It Bad (8)
R E L A T I O N*:

MessageSujet: Re: Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan   Mer 24 Déc - 18:56

    La jolie Eileen observa l'homme qu'elle appréciait énormement après qu'elle lui ait dit qu'elle le préférait tout de même. C'était vrai, même plus que vrai. Elle le préférait, à la dame Blanche, sans aucun doute même, mais également à la plupart des garçons qui lui tournaient autour ( excepté son jumeau & Aaron ). Bien sur, Declan était un jeune homme cynique, parfois cela pouvait même être méchant, mais la demoiselle n'y prêtait plus guère attention tellement elle en avait l'habitude et puis, il faut bien évidement rajouter que ce petit côté cynique, c'était cela qui faisait le charme du mister Milligton. Mais ce dernier était également son meilleur ami depuis très longtemps, alors il fallait peut être qu'elle commence à s'en rendre compte & qu'elle arrête de penser à lui et à ce qu'ils pourraient faire s'ils étaient plus. C'était son meilleur ami, celui à qui elle confiait ses plus grands secrets, ses plus grandes pensées intimes, ses plus grandes peurs ... Bref. Tout ce qui lui prennait de la place dans sa tête, sauf une chose mais ça, c'était tout à fait normal qu'elle évite de lui avouer qu'elle craquait pour lui. Non mais vous imaginez, un beau jour, alors qu'elle serait en compagnie de ce dernier, en plein délire, elle s'arrêterait et le regarderait dans les yeux pour lui dire « Au fait Declan, faut j'te le dise. Je t'aime. Je craque sur toi depuis quelques temps déjà, mais j'osais pas te le dire en face. Bon on continue là où on en était ? ». Non mais vous imaginez le truc ? Ca serait complètement loufoque et Eileen n'est pas une fille qui ressemble à Luna Lovegood. Oui oui. Là je fais allusion à Harry Potter, et puis si vous connaissez pas, tant pis pour vous, vous aurez pas compris et puis c'est tout. Bref. Elle ne lui avouera donc certainement pas ses sentiments avant fort fort longtemps. Bon. Il y a quelques secondes à peine, la demoiselle avait comme caché un message quand elle avait dit :

    EILEEN - « J'ai pas vraiment envie de taper la discut' avec la Dame Blanche. Je te préfère quand même. La Dame Blanche ne doit pas vraiment avoir de discutions intéressante. Alors que toi. Tu as toujours quelque chose à dire. Et puis faut avouer que j'aurais moins peur à côté de toi que près de la Dame Blanche... »

    Elle avait avoué dans un certain sens qu'elle préférait largement être avec lui plutôt qu'avec les autres. Enfin là, elle avait dit la Dame Blanche mais bon. C'était la logique d'Eileen donc il ne fallait pas trop chercher non plus. Mais, à présent, la jeune Lyn tentait de faire croire qu'ils ne cachaient plus rien en faisant un grand sourire au damoiseau. En même temps, elle était en train de se répéter dans la tête : Declan n'est que mon meilleur ami, pas plus. Declan n'est que mon meilleur ami, pas plus. Declan ... Merde j'ai oublié. Bon passons ce détail super suprennant venant de la part d'Eileen qui avait déjà oublié ce qu'elle se répétait à l'intérieur d'elle même. Mais on ne peut pas lui en vouloir puisqu'elle s'était allongée en même temps donc ça pardonne un peu. La demoiselle ne pouvait décidément pas faire deux choses en même temps. Puis de toute manière, depuis que Eileen est enfant, la coordination et elle, ça avait toujours fait dix sept. Il ne fallait donc pas rêver que cela allait s'arranger avec l'âge, au contraire. Même si malgré tout, la jeune fille avait fait des progrès. Elle ne tombait plus aussi souvent qu'avant, à force, elle avait compris comment on marchait. Un pied devant l'autre et ainsi de suite. Mais bon, obligatoirement ça devenait plus difficile quand on lui mettait des bâtons dans les roues. Comme quand un sac était posé par terre ou qu'il y avait pleins de racines d'arbre, par exemple. Eileen, n'étant pas comme les autres, n'aurait jamais réussi, sauf miracle, à l'éviter. C'était un peu, un aimant à catastrophes même si, comme dit plus haut, elle s'était améliorée. Bon. Passons à autre chose, sachant que ce paragraphe n'était pas destiné à la maladresse de la demoiselle mais plutôt à la façon dont elle allait pouvoir tenter de résister à la tentation qui s'offrait à elle. Une fois qu'elle avait fini de parler, le jeune homme l'avait imité, s'allongeant à ses côtés et laissant flotter son doux parfum enivrant autour de lui. Elle, qui avait déjà eu plusieurs frissons de froid, aurait voulu se blottir contre son meilleur ami pour qu'il lui apporte un peu de chaleur. Mais elle n'osait pas de peur de contrarier une nouvelle fois le garçon à ses côtés. Et comme elle en avait sa claque des réponses / réactions cyniques, allant parfois jusqu'à être méchantes, elle ne préférait rien faire pour en déclencher une autre. Elle en avait et assez à cette satané fête où quand elle envoyait bouler quelqu'un, garçons ou filles, elle se prenait une réaction à la Déclan. Deux larmes lui montèrent aux yeux, mais heureusement dans la nuit, ça ne se voyait pas. Et pourquoi d'ailleurs, elle avait des larmes ? Elle était en compagnie de Déclan, elle devrait être contente et même profiter de ce petit moment rien qu'à eux. Déjà que ce n'était si souvent. C'est pourquoi, elle fermit les yeux quelques secondes avant de les rouvrir. Ces quelques secondes avaient suffis à la jeune fille pour qu'elle oublié la soirée qu'elle venait de passer. En ouvrant les yeux, la demoiselle remarque qu'à son tour, Déclan avait fermé ses paupières. Elle le laissa vagabonder dans ses pensées et en profita pour contempler à nouveau les étoiles. Oui, elle aimait ce spectacle. Elle l'aimait tant qu'elle ne s'était pas rendu compte qu'une fois de plus, Déclan ne lui avait pas répondu immédiatement, restant plongé dans ses pensées. Cependant, la jeune fille se demandait quand même parfois, s'il l'entendait ... Et comme s'il avait lu dans ses pensées, le jeune homme lui offrit une réponse sur un ton de velours, beaucoup moins cassant que d'habitude et des milliers de fois plus doux ce qui surpris Eileen qui n'avait plus l'habitude de cette voix, connaissant à présent que le ton cynique et sarcastique que Déclan utilisait.

    Déclan - « Oui. C'est superbe. Euh. Si le viens souvent ? Je disais ... Assez ? Assez souvent oui. »

    Et pourtant qu'est ce qu'elle l'aimait cette voix de ténor, aux douces intonations. Il ne devait pas se rendre compte que quand il parlait avec ce ton là, il avait une voix magnifique mais bon. Tant pis s'il ne s'en rendait pas compte. Maintenant, elle avait sa réponse. Et elle en était contente. Au moins, il daignait lui répondre, au bout d'un moment certes, mais à lui répondre quand même. Mais comme dit le proverbe : Vaut mieux tard que jamais. Alors non, ce n'était pas grave qu'il lui réponde en retard, le temps qu'il lui réponde un jour. Mais malgré son ton doux, la demoiselle avait comme compris, grâce à ses intonations de voix, qu'il ne souhaitait pas approfondir le sujet. C'est pourquoi, pour le clore, la demoiselle dit :

    Eileen - « Tu sais que t'as une belle voix quand elle est pas cassante ? Ça me donnerait presque envie de t'embrasser sur le champ ... »

    Elle avait dit ses phrases sur le ton de la rigolade, et à la fin, elle avait éclaté de rire, pour tenter de faire passer sa dernière phrase comme une bonne plaisanterie. Et pourtant, elle était plus que véridique. Mais ça, ce n’était pas que parce qu'il avait une belle voix ... La jolie brune regarda Déclan qui avait refermé les yeux. Elle pouvait, durant ses moments là, l'observer autant qu'elle le souhaitait. Mais, cette fois-ci, ça ne dura pas très longtemps, puisque ce dernier se redressa avant de se mettre en tailleur. Puis, après la question qu'elle lui avait posée, lui demandant ce qu'il faisait avant qu'elle n'arrive, il lui avait souris. Et malgré, un temps de réaction assez long, Eileen avait répondu à son sourire par un autre, un peu plus franc qu'auparavant. Elle referma ses yeux, laissant une douce brise caresser sa joue quand elle remarqua qu'il réfléchissait. À nouveau, elle était tant concentrée, qu'elle fit un bond quand elle entendit les sons de la voix de Déclan se répandre autour d'elle. Elle reposa alors ses belles prunelles chocolat sur le minois de Déclan tandis qu'il parlait.

    Déclan - « Et bien je ... Je ... Je n'sais pas trop. »

    Il marqua une pause et la demoiselle attendit patiemment qu'il reprenne la parole et livre enfin ce qu'il pensait. Il devait savoir qu'elle n'allait pas le juger, ni même rire de ce qu'il était en train de faire. D'ailleurs, il lui confirma ses pensées en prononçant vraiment ce qu'il voulait dire, sans se cacher.

    Déclan - « En fait, je pensais. Je pensais sans vraiment y prendre garde. Le crois qu'ici est le seul endroit où je m'oublie. En tout cas, au beau milieu de la nuit. »

    Et elle l'avait dérangé dans ses pensées. Elle l'avait dérangé tout court. Elle n'aurait pas du venir. Il se coltinait sa présence alors qu'il voulait être seul. D'un coup, elle s'en voulut énormément. Et malgré qu'elle s'en veuille, en même temps, elle avait compris ce qu'avait dit Déclan. Il était en train de penser à tout en même temps. Et encore une fois sa culpabilité revint au galop et bête fois-ci, elle s'excusa à voix haute.

    Eileen - « J'ai dérangé ta méditation. Je suis désolée. Et si jamais tu veux continuer à penser en paix, je peux m'en aller ! J'irais plus loin ... »

    Elle lui fit un tendre sourire avant de rajouter :

    Eileen - « Mais je comprends ce que tu as voulu dire. Et tu sais également que si jamais tu veux parler de ce à quoi tu pensais, je suis là ... »

    Elle ne rajouta plus rien, pas de signes, pas de paroles. Elle l'observa juste. Il semblait retourner dans ses pensées. Mais qu'est ce qui pouvait le préoccuper autant ? La jeune fille s'interrogeait sans pour autant poser ses fameuses questions oralement. Elle le regarda sans un mot tandis que le môssieur Millington reprenait sa position initiale, c'est à dire allongé aux côtés de la belle brune qui arrivait à calmer son cœur qui battait la chamade sans trop de problème. Elle sentait le regard de Déclan posé sur son visage, c'est la raison pour laquelle, elle tourna à son tour, son visage vers le lycéen. Elle entendit la voix de Déclan tinter à ses oreilles. Son ton sarcastique était de retour.

    Déclan - « Ah ouais. Et toi ? Tu chercher quoi au juste ? Te faire kidnapper ? Parce que moi, la rançon, je ne la paierais pas ! J'te le dis. »

    Elle éclata de pire et en même temps, elle aperçut le sourire charmeur. Son cœur rata un battement puis reprit normalement. Mais d'ailleurs, comment avait-elle atterri là ? Ah oui, elle était rentrée d'une soirée épuisante et énervante par moment mais tout de même assez bien et comme elle s'était ennuyée à la maison, elle avait décidé de ressortir. Effectivement, sans penser aux conséquences. Et puis son frère ne l'avait pas revenu, elle en avait donc profité. Bon, c'était le moment théâtral de la soirée. La jeune fille s'amusa à faire les gros yeux, à paraître blessé et vexée, tout en répondant.

    Eileen - « Tu oserais ne donner aucun centime pour ma rançon, alors que moi, je donnerais tout ce que J'ai pour que tu reviennes en vie et sans blessures. Tu me blesses profondément, Déclan Millington. Moi qui te considérais comme quelqu'un plus proche de moi que n'importe qui ! »

    Elle éclata de rire à la fin. Sa voix qui était censée montrer qu'elle était vexée, était plutôt joyeuse et la jeune fille avait du se retenir de rire. Elle espérait que Déclan ne la prendrai pas au nous et qu'il avait compris qu'elle rigolait et qu'elle ne lui en voulait pas et tout. Et comme pour lui prouver, elle se blottit dans ses bras, glissant son visage dans le cou de son meilleur ami avant de dire :

    Eileen - « Puis de toute manière, là où le suis maintenant, les kidnappeurs ne viendront pas me chercher. À moins que tu ne me repousser ou que tu me portes directement dans leur camionnette. Mais je te préviens que si tu fais ça, tu auras le poids de ma perte sur ta conscience jeune homme ! »

    Elle rigola à nouveau mais plus doucement, presque comme un murmure. D'ailleurs, c'est en murmurant qu'elle rajouta :

    Eileen - « Et pour ta réponse, je suis ici parce que je m'ennuyais chez moi. Donc je suis sortie et j'ai laissé mes pas me guider. Je pense que mes pieds voulaient que je tombe puisqu'ils m'ont amené jusqu'à ton sac. »

    A la fin de sa dernière réplique, la jeune fille leva les yeux pour tenter de déchiffrer l'expression de Déclan. Elle voulait savoir si elle devait s'enlever ou si elle pouvait encore profiter de la chaleur de son meilleur ami. Et puis ça se voyait qu'elle avait un petit peu froid, puisqu'elle avait quelques petits frissons par moments. Mais elle n'arrivait pas à déterminer si elle pouvait ou non. Elle décida donc d'attendre. Elle aurait sa réponse dans quelques secondes. Au pire, elle risquait quoi ? Qu'il la repousse ? Tant pis. (elle ira dans les bras de quelqu'un d'autre ? Razz). Mais tout de même, ce n'était qu'une accolade d'amis, non ? Ils étaient bien meilleurs amis, non ? Oh et puis. Laissons le temps passer pour voir la réaction de Déclan. Qui n'allait pas tarder d'ailleurs ...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hey-jude.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on est pas doué ... On ne l'est pas. { &. Declan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis douée. Très douée. Surtout quand il sagit de me casser la figure. [Calypso][Terminé]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ & Hey Jude :: { && LONDON. :: &&. Les collines & Ses alentours.-
Sauter vers: